Apéripub - On est des poches on fait d'la pub

Google : le booking killer

C'est y est, Google s'attaque officiellement au tourisme Français. Depuis peu, si vous tapez une recherche du type hotel <ville> dans le moteur leader, vous découvrirez une importante nouveauté tout en haut des résultats de recherche.

hotel-agen-Recherche-Google-recad

Par la même occasion, cela repousse encore d'autant les résultats naturels vers le bas de la page. Raison de plus pour soigner encore davantage son référencement naturel.

Pourquoi Google s'intéresse-t-il aux hôtels ?

Pour commencer, on peut se demander comment Google gagne de l'argent. La première réponse évidente : les annonces sponsorisées sur les résultats de recherche (AdWords). Il est donc interressant de voir comment se portent ces recherches.

Les recherches hôtel <ville> : tendance à la baisse

Voici ci-dessous la tendance des volumes de recherches directes d'hôtel dans le moteur depuis quelques années :

tendances-grandes-villes-recad

tendances-paris-recadtendances-agen-recad

Manifestement, les internautes demandent de moins en moins à Google "Quel hôtel dans telle ville ?". Même si la tendance est moins marquée sur les petites destinations dont tous les hôtels sont souvent présents dés la première page de résultat elle est indéniable. Pourtant, on sait que les parts de marché d'Internet dans le tourisme sont en pleine expansion. 

Mais alors où sont donc les visiteurs ? Sur agences en ligne pardi !

tendance-agences-en-ligne-recad

Depuis le temps qu'on vous dit que Trip Advisor c'est important et qu'il n'y a pas que Google dans la vie de l'hôtelier !

La voilà la part de marché que Google vise : celle des agences de voyages en ligne. (OTA : Online Travel Agencies)

Google le nouveau Booking ?

Et bien il faut dire qu'avec 90% du marché de la recherche, il part avec quelques avantages. Qui mieux que Google pour être premier sur Google ? Juste au-dessus de Booking et Tripadvisor par exemple ?

Bon, encore faut-il que l'outil plaise aux utilisateurs. Depuis Google Wave, et la naissance aux forceps de Google+ on sait qu'il arrive au géant de se tromper.

À quoi ressemble Google Hotel Finder

Ça vient juste d'arriver et ça semble déjà bien complet. La plupart des hôtels (peut-être tous) sont déjà présents dans la base. Et pour cause, Google s'alimente directement dans les fiches Google+ Local (anciennement Google Addresses), dans les infos des OTA ainsi que dans certains guides touristiques qu'il a rachetés (guides Frommers et Zagat).

GUI-Hotel-Finder

Quel intérêt pour l'hôtelier ?

Comme la plupart des hôteliers, vous connaissez déjà Booking et Trip Advisor qui se sont imposés dans votre vie par la force des choses. Aujourd'hui, il devient vraiment difficile (voir suicidaire) pour tout hôtelier d'ignorer ces plateformes tant elles trust une grosse part du marché. Quel pourrait être l'intérêt d'en avoir une troisième ?

Et bien l'intérêt, c'est qu'il s'agit de Google. Et que la politique de Google est en général assez simple : proposer un service gratuit aux usagers et revendre pour un prix très faible de très nombreux visiteurs à ceux qui peuvent en tirer bénéfice (les hôteliers).

Quand je parle de prix faible, c'est vraiment faible.

Pour commencer, être référencé sur Hôtel Finder est gratuit et votre hôtel y est probablement déjà. Les coordonnées et l'URL de votre site sont affichées gratuitement. Par contre, votre fiche peut afficher le tarif et un bouton de réservation directe. C'est pour ces deux derniers éléments qu'il faut mettre la main à la poche.

Google, lui, ne facture pas à la réservation comme les OTA, mais au clic. C'est-à-dire qu'il facture à chaque visiteur envoyé sur le site après avoir cliqué sur "Réserver " même si le visiteur change d'avis et ne réserve pas. Par contre, il ne facture que 0.2% du tarif affiché.

Prenons pour référence une commission d'OTA (Booking ou autre) qui se situe couramment entre 15% et 20%. Par exemple, si vous facturez 100€ la nuitée, un OTA comme booking vous prend au minimum 15€.

Calculons maintenant ce que coute Google pour envoyer un visiteur vers votre propre plateforme de réservation en ligne. (Et donc en économisant la commission d'un OTA au passage.)

En général, on considère que le taux de conversion moyen (nombre de visiteurs/nombre de réservation) d'un site se situe entre 1% et 3%. Ce qui signifie qu'en prenant le cas le plus défavorable, 100 visiteurs donneront une réservation. Ce qui donnera au pire : 0.2% * 100€ * 100 visiteurs = 20€ pour une réservation à 100€. Ce qui correspond à la commission d'un OTA gourmand.

Mais là, on parle du cas, ou vous n'avez pas de chance. Car n'oublions pas que si vous payez Google, c'est que votre visiteur a cliqué sur "Réserver" et qu'en plus le prix était déjà affiché. Il ne s'agit pas d'un visiteur qui est tombé par hasard sur le site de votre hôtel ou qui est encore en train de faire son choix. Celui pour lequel vous payez a déjà choisi. Il parait donc tout à fait probable que votre taux de conversion sur ce flux soit bien supérieur au taux global de votre site. On peut facilement espérer être au dessus de 5% et là par contre, chaque réservation vous coute seulement 4€ ! On est déjà bien loin des 15€ d'un OTA pas trop gourmand. L'expérience nous dira quel taux de conversion on peut réellement espérer et si ce tarif n'est pas encore à revoir à la baisse.

Si l'on considère l'écart de prix, on comprend vite pourquoi certains OTA sont déjà présents sur les fiches des hôtels qu'ils proposent. Ils achètent 4€ (voir moins) un visiteur qu'ils revendent ensuite au tarif que vous connaissez.

À vous de voir si vous préférez continuer à leur racheter ces visiteurs ou si vous préférez les acheter au prix du grossiste Google.

Et maintenant que faire ?

Et bien patienter. Car pour l'instant, il semblerait que l'accès à la réservation directe ne soit pas encore prêt pour les hôteliers. En revanche, vous pouvez dès maintenant vérifier votre fiche Google+ Local et la compléter du mieux que vous pouvez. Si vous n'avez pas encore créé votre fiche Google+ Local, fouettez-vous, car c'est mal et courrez la remplir.

Une fois fait, vous pouvez nous suivre sur Twitter ou Facebook (voir les deux ;-) ). Nous ferons probablement une annonce quand il y aura du nouveau.

Où va Google ?

En rachetant la société ITA, Google s'est offert une parfaite boite à outils pour proposer des vols. Allez faire un tour sur https://www.google.com/flights

Vous le voyez venir avec ses gros sabots ? 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Commentaires

Un petit mot du barman

Apéripub, c’est votre minute apéritive pour picorer de la pub piquante, de l'actu savoureuse, un cocktail de rasades de web bien fraîches et de découvertes musicales...

Retrouvez-nous

Pub revive test